Comment choisir un bon plombier ? tout ce qu’il faut savoir

plombier

Le plombier est un artisan s’occupant de l’installation et réparation de canalisation. Il est également capable de mener des interventions sur des petites pannes de chaudières, des fuites d’eau, des installations sanitaires. Mais, comment faire le bon choix ? Quels sont les tarifs ? Quelles sont les mentions légales et les précautions ?suivez tous nos conseils pour choisir minutieusement un plombier.

Quelles sont les assignations d’un plombier ?

plombier
Tout comme les artisans de la construction, un plombier joue plusieurs rôles à la fois. Etant connu comme un installateur sanitaire, l’artisan installe, répare et entretien toute canalisation d’eau, de bois, de fuel et de gaz. Il y a des plombiers qui ont des missions dans des domaines spécifiques :
Le plombier sanitaire installe tout équipement sanitaire.
Le plombier chauffagiste installe, répare et entretien différents types de chaudières.

Vous pouvez contacter un plombier pour refaire une installation sanitaire, un problème de fuite d’eau ou gaz, pour une nouvelle installation de chaudière, pour un souci de canalisation bouchée, pour une panne de radiateur, pour un problème de ballon d’eau chaude électrique, etc.
Info utile : un plombier intervient également pour les clients particuliers, les professionnels, les collectivités et bureaux.

Comment Choisir un bon plombier ?

Choisir son plombier nécessite certaines connaissances particulières et un bon reflexes. Voici les critères de choix d’un artisan plombier :

Immatriculations et références

Il est nécessaire de vérifier que le plombier puisse disposer un numéro de matricule au répertoires des métiers, obligatoire pour toute personne morale, indépendante ou physique, n’employant pas plus d’une dizaine d’employés et qui travaille dans le domaine artisanale de production, de transformation ou de prestations de service. Le plombier doit être immatriculé à la Chambre de commerce et d’industrie si l’entreprise emploie plus de 10 salariés.

Pour obtenir son immatriculation, le plombier doit montrer certaines justifications comme ses années d’expérience et ses qualifications dans le domaine. Ce dernier doit par exemple montrer son diplôme de CAP d’installateur sanitaire et thermique, suivi d’une mention MC maintenance en équipement thermique ou MC zinguerie. Il doit également justifier par un Bac pro option technicien en installation des équipements sanitaires, en maintenance des systèmes énergétiques et climatiques, en installation des piscines et monteur en installations de génie climatique. Le plombier peut également commencer son métier comme manœuvre et exercé pendant trois ans consécutifs.

Les plombiers ne peuvent prétendre au titre d’artisan lorsqu’ils ont obtenu cette qualification de la part de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA).
Le plombier peut également justifier ses qualifications obtenues auprès des organismes semi-publics. Le label « RGE » permet d’obtenir une aide financière de la part du gouvernement pour l’installation d’une nouvelle chaudière moins énergivore.
Bon à savoir : le numéro d’immatriculation au Répertoire des métiers doit être mentionné sur le devis. S’il s’agit d’une entreprise, elle doit disposer obligatoirement d’un numéro de SIRET.

Assurances et garanties obligatoires

Il est également important de vérifier que le plombier puisse disposer de toutes les assurances obligatoires :
L’assurance à responsabilité civile et professionnelle ;
La garantie décennale, permet de garantir pendant 10 ans la réparation des dommages se produisant après réception des travaux, que ce soit à votre propriété ou à celle des voisins ;
La garantie de parfait achèvement, visant la réparation des désordres ou défauts de conformité, quelle que soit leur nature, mentionnés par le maître d’ouvrage à la réception, ou dans un laps de temps d’une année suite à la réception des travaux ;
La garantie biennale (ou garantie de bon fonctionnement), concernant les éléments d’équipements qui ne sont pas relativement liés avec la construction.

Les tarifs d’un plombier

Devis et contrats
Il est important de ne pas se baser uniquement sur un seul devis (obligatoire au-dessus de 150 €). Il faut prendre le soin de comparer les différents devis entre eux afin de faire le bon choix. Eh oui, les tarifs peuvent facilement varier d’un plombier à un autre.
On peut considérer ces devis comme des contrats, après la signature des deux parties. De plus, les devis doit être bien détaillé en mentionnant le prix de chaque prestation ainsi que la quantité. Ils doivent également mentionné le taux de TVA, ainsi que la durée de validité de l’offre.
Le devis doit également comporter la date limite de l’achèvement des travaux. Si le non-respect de cette date entraîne un préjudice dont vous n’êtes pas capable de chiffrer, vous pourrez faire une demande des dommages et intérêts à l’installateur sur le fondement de l’article 1142 du Code civil.

Tarifs de prestation

Les tarifs d’un plombier sont très variables en fonction de la localisation, la demande et de l’expérience de l’artisan.
Ils tiennent compte :
le transport du plombier ;
la main d’œuvre qualifiée ;
le tarif horaire ;
les forfaits éventuels.
Les tarifs peuvent osciller entre 30 € et 70 € en moyenne par heure.

Attention : le coût d’un dépannage en urgence peut augmenter le plus rapidement possible. Il est également indispensable que le plombier puisse vous proposer un devis gratuit et sans engagement.

Grâce à ces différents conseils vous allez pouvoir choisir plus facilement votre plombier par contre si vous avez pas le temps nous vous recommandons d’utiliser des plateformes qui valident les plombier comme le site ou plombier vous allez gagner un temps précieux. Un dernier petit conseil si vous avez réussir à trouver un bon plombier il ne faut pas oublier de lui demander sa carte de visite afin de garder précieusement ses coordonnées.